logo-economienet

jeudi, 12 avril 2012 22:48

Futures Contracts (produit dérivé à levier)

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Le CME Group offre des produits financiers à levier avec date d'expiration. Ces produits s'appellent les Futures.

 

Toutes les matières premières aujourd'hui sont vendues/achetées sur le cours des Futures. Le bon fonctionnement du marché des Futures est extrêmement important pour l'économie mondiale, car tous les échanges internationaux suivent les Futures.

Les Futures ne sont à utiliser qu'avec un capital spéculatif, et ne correspondent pas à un 'investissement'.

Ces contrats correspondent à des 'Long' et des 'Short'. Quand on achète un 'Long' c'est qu'on s'attend à ce que le cours du métal augmente : on achète avant de vendre. C'est le contraire pour un Short : on vend avant d'acheter.

Le bon fonctionnement d'un marché dépend des Longs ET des Shorts.

Chaque contrat a une 'marge' (en anglais 'margin'). Cette marge correspond au minimum de cash qu'il faut avoir pour posséder un contrat.

Exemple :

Avec $10 je peux contrôler un contrat qui correspond $100 d'argent-métal. Si j'achète un Long, et le cours de l'argent monte de 10%, mon contrat correspond maintenant à $110. Comme j'ai risqué $10, et je suis déjà en gain de $110-$100 = $10, j'ai fait 100% de gains par rapport à la marge que j'ai risquée.

De façon similaire, si l'argent-métal baisse de 10%, et mon contrat ne vaut plus que $90, j'ai perdu 100% du cash que j'ai risqué.

Lorsqu'on atteint $110, il se peut que le CME demande une augmentation des marges. Pour que je contrôle toujours mon contrat, la marge est maintenant de $20 et pas de $10. A ce point, je dois ou bien ajouter $10 de ma poche ou vendre mon contrat à $110.

Comme la majorité de ceux qui sont Long sur les métaux sont en général de petits spéculateurs, et la majorité de ceux qui sont Short sont les gros commerciaux, l'augmentation de marges cause la liquidation de Longs en masse et fait violemment chuter les cours. Si en plus on augmente les marges lorsque le métal est déjà en train de corriger, la correction devient encore plus violente (comme en Sept 2011).

PS : Pour faciliter la compréhension de l'exemple ci-dessus, les calculs n'ont pas inclus les rollovers et autres frais d'achat d'un contrat Long ou Short

Les bourses sur lesquelles les Futures de métal sont tradées possèdent physiquement une fraction du métal vendu sous forme de Futures. Donc, arrivée la date d'expiration, il n'est pas possible de livrer en physique tous les contrats. Il n'y a rien de conspiratoire dans le faible niveau des stocks.

Les Futures ne sont à utiliser qu'avec un capital spéculatif, et ne correspondent pas à un 'investissement'. Si en plus, on pense que le marché des produits dérivés doit connaitre une contraction drastique dans les années à venir, il vaut mieux ne pas être en possession de quelque chose qui risque de passer à zéro en un instant.

PS : on a aussi les Options sur les Futures (produit dérivé d'un produit dérivé).

Pour approfondire le sujet, cliquez ici.

Lu 5910 fois Dernière modification le lundi, 18 juin 2012 16:35
Economie Net

Ce site a pour but d'éduquer le public francophone sur les fonctionnements économiques. Je suis arrivé a la conclusion que le système éducatif public ne donne aucune éducation financière et très peu d'esprit critique.

Site internet : www.economienet.net
Plus dans cette catégorie : « Options (produit dérivé à levier)