logo-economienet

mercredi, 02 octobre 2013 09:54

Incompréhension du marché de l'or 02/10/2013

Écrit par 
Évaluer cet élément
(5 Votes)
 
 
 
A la suite de chaque chute brutale du cours de l'or, les mêmes interprétations déferlent sur internet :

     • il y a pénurie d'or physique
     • il y a envolée de la demande et des primes
     • les investisseurs dans l'or papier ne demandent pas de livraison physique
     • il y a dichotomie entre or physique et or papier
 
Ce discours n'a pas changé depuis 1983, et reflète l'incompréhension du marché des futures par le grand public, plus réceptif à des interprétations conspiratives qu'à faire l'effort de comprendre la réalité.

Regardons tous ces arguments un à un :
 
Y a-t-il pénurie d'or ?
 
Si on regarde les gros sites de vente américains, et donc les plus grands sites de vente au monde, tout est disponible, il n'y a pas de rupture de stock sur aucun produit.

Sur l'argent métal, il peut parfois y avoir rupture sur la Silver Eagle, comme en 2008. Mais il s'agit de la Silver Eagle, la pièce d'argent métal la plus demandée au monde. Il n'y a jamais eu rupture de stock sur les barres commerciales de 1000 onces. Il n'y a donc jamais eu de rupture sur l'argent métal.

Concernant les primes qui 'explosent', encore une fois, je ne vois pas cela sur ce que je consulte. Les primes sur la pièce d'or la plus demandée au monde, la Gold Eagle, sont de l'ordre de 3-4%, ce qui ne représente pas une 'explosion', mais une prime absolument habituelle. Celui qui paie plus que cela est simplement en train de se faire avoir.
 
L'or papier du Comex
 
Pour expliquer les chutes, certains parlent de centaines de tonnes vendues sur le marché papier. Il est étrange qu'on n'interprète pas les hausses de la même façon.

Un spéculateur sur les futures fait le même gain qu'il soit short et l'or baisse de 100 dollars, ou qu'il soit long et l'or monte de 100 dollars. Et bien sûr qu'il ne cherche pas la livraison physique, il ne fait que parier sur la direction que va prendre le cours de l'or.

Il faut bien comprendre que celui qui est short –celui qui vend un contrat sur les futures doit le racheter pour clôturer sa position. Même si cela peut paraitre évident, il y a toujours 1 contrat vendu pour 1 contrat acheter, et aussi bien le vendeur que l'acheteur ont des contrats à levier (pas seulement le vendeur).

Si quelqu'un vend de l'or qu'il n'a pas (naked short), il court le risque de devoir l'acheter plus cher pour clôturer sa position. Et donc, si le marché devient haussier, clôturer un short, revient à acheter, ce qui pousse le marché encore à la hausse.

Il est absurde de dire que les shorts poussent le métal à la baisse. Tout dépend dans quelle direction le marché se dirige. Un short qui se trompe, c'est un acheteur. On a vu cela cette année avec le Dow Jones, qui a continué de monter, poussé par les shorts qui cloturaient leurs positions. C'est la raison pour laquelle les marchés haussiers finissent en bulle: tout le monde devient acheteur jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'acheteur. A ce moment, la moindre pression de vente devient dévastatrice.

Maintenant parlons de position short sur les futures. Elle est principalement détenue par des spéculateurs, mais aussi par des hedgers.

Prenons cet exemple pour comprendre comment on hedge :

Je pense produire 100 onces d'or dans 1 an. Mon coût de production est de 1000 dollars par once. Mon objectif est un profit de 20%. Le cours est de 1200 dollars par once aujourd'hui. Donc je vais prendre un contrat SHORT de 100 onces livrables dans UN an. De cette façon, quel que soit le cours de l'or dans un an, tant que j'ai produit 100 onces, je me serais fait un profit de 20%.
Si le cours est de 1500 dollars aujourd'hui, c'est encore mieux, je vais shorter à partir de 1500 dollars.
Si le cours est de 1000 dollars aujourd'hui, je vais probablement pas produire, ou produire à perte si les coûts de fermeture et réouverture d'une mine sont plus élevés.
 

Sans le marché papier, il ne pourrait pas y avoir de hedgers. Sans la capacité de hedger une matière première pour une livraison future, pourquoi les producteurs devraient prendre le risque de se lancer dans des projets de 5-10 ans s'ils sont à la merci du cours?

Sans le spéculateur et tous les produits dérivés, il ne pourrait y avoir de liquidité dans le marché de l'or. Cette liquidité permet de réduire le spread (la différence entre le cours d'achat et de vente) et faire croitre ce marché. Combien de gens s'intéresseraient à ce marché aujourd'hui si le cours de l'once à la vente était de 1200$ et celui à l'achat de 800$ ?

Les produits financiers à levier à terme reflètent la maturité d'un marché (et d'une civilisation). Ils permettent l'optimisation des investissements dans les années à venir. Grace aux futures, un agriculteur peut savoir à l'avance s'il sera plus profitable en plantant du blé ou du mais. Ceci permet aussi de limiter les surproductions / sous-productions sur des matières premières.

Le marché des métaux précieux ne reprendra pas sa hausse tant que le charlatanisme est le courant idéologique majeur d'interprétation des mouvements du cours. Il faudra que le cours se comporte d'une façon à éliminer toutes les mains faibles et à décrédibiliser tous les soit-disants 'experts', qui très souvent ne sont pas autres que des vendeurs d'or. (Voir article sur les conflits d'intérêt).
 
Il faudra que l'or tombe à 965$, ou qu'il oscille pendant encore 2 ans entre 1100 et 1400$, jusqu'à épuisement mental des mains faibles. Le meilleur scénario serait une chute à 965$, cela éliminerait la majorité des mains faibles, et chaque hausse ultérieure serait remise en question, ce qui pousserait le marché vers le haut grâce aux shorts.

Sans utiliser aucune boule de cristal, j'avais déjà posté plusieurs vidéos sur ce site avant la chute d'Avril 2013, avertissant d'une faiblesse sur le métal. La vidéo ci-dessous par exemple avait été postée en Janvier 2013.
 
 
 
Lu 8222 fois Dernière modification le lundi, 27 janvier 2014 21:05

Media

Economie Net

Ce site a pour but d'éduquer le public francophone sur les fonctionnements économiques. Je suis arrivé a la conclusion que le système éducatif public ne donne aucune éducation financière et très peu d'esprit critique.

Site internet : www.economienet.net