logo-economienet

Economie Net

Economie Net

Ce site a pour but d'éduquer le public francophone sur les fonctionnements économiques. Je suis arrivé a la conclusion que le système éducatif public ne donne aucune éducation financière et très peu d'esprit critique.

URL du site internet: http://www.economienet.net
vendredi, 24 août 2012 09:57

Interview avec David Morgan 17/08/2012

Les points abordés dans cette interview sont:
  • Présentation de David Morgan
  • Gestion d'un portefeuille de compagnies minières
  • Allocation en métaux précieux d'un patrimoine
  • Métaux précieux physiques vs Compagnies minières
  • COT, Swap Dealers, Bons du Trésor
  • Prévisions moyen terme sur les métaux précieux
  • Impact des élections US passées et actuelles sur les métaux précieux
  • Est-ce le bon moment pour acheter ?
Au moment de l'interview: Silver 28,02$, Gold 1615$

Le but de cette vidéo est de comparer l'évolution du cours de l'or depuis 2001

par rapport à celle de l'argent, du platine, du cuivre et du pétrole.


En période de choc déflationniste, l'or est nettement moins affecté que les autres matières premières.
Pour ceux qui s'intéressent à basculer d'une matière première à l'autre, ou d'une action boursière à une autre, ces liquidations massives peuvent offrir de très bonnes opportunités.
Il est bien sûr important d'avoir sa stratégie bien définie en avance parce qu'il devient plus difficile de prendre des décisions lorsque la situation devient très confuse, alors que c'est précisément cette confusion qui crée l'opportunité.
mercredi, 04 juillet 2012 20:27

CERN et Trou Noir

Il n'y a rien de meilleur que le CERN pour expliquer ce qu'est un trou noir.

 

Ici, il ne s'agit pas de lire les nombreuses publications sur la mécanique quantique, la distorsion du temps et de l'espace, ou la relation entre masse et énergie, mais véritablement de la disparition définitive d'un autre type de particules : l'argent du contribuable.

Si le CERN était un trade, toute personne ayant calculé le Risk/Reward (Risque/Opportunité) conclurait que les chances sont plus élevées avec un billet de loterie. Cette organisation, comme toutes celles financées par les Etats, a été une machine à gaspillage de dizaines de milliards de dollars.

D'un point de vue scientifique, les expériences du CERN sont indéniablement spectaculaires. Mais il est facile d'oublier le cout pharamineux de ces expériences, ainsi que la contribution quasi nulle dans l'amélioration du standard de vie de l'humanité.

Si l'humanité existe encore dans quelques centaines d'années, le CERN désormais défunt sera décrit comme la matérialisation scientifique la plus délirante du planning centralisé : il s'agit de taxer (=voler légalement) le travail d'une personne pour le supposé bien de cette personne.

Aujourd'hui je vais penser à Edward Jenner, Alexander Fleming, Louis Pasteur et d'autres, qui ont réussi à sauver des centaines de millions de personnes, sans avoir obliger personne à financer leurs recherches, et avec des budgets minuscules.

Cet article a pour but d’identifier les différents types de manipulation dans le secteur des métaux précieux, et de présenter un plan pour se protéger de ces manipulations.

On peut clairement identifier 4 catégories de manipulateurs. Par ordre décroissant, voici la liste :

  • L’Etat
  • Blogosphère, Newsletters etc
  • Certaines grosses institutions financières
  • Vous-même

L’Etat

L’Etat n’a jamais aimé la concurrence. Il ne va donc pas permettre l’établissement d’un système monétaire qui échappe à son contrôle.

Donc, dans un scénario de remise en question du système monétaire, il ne s’agit pas d’une prédiction extraordinaire de dire que le risque de confiscation est proportionnel au degré de dislocation du système monétaire actuel.

Le lieu de stockage des métaux est un paramètre primordial de gestion de risque. Pour celui qui le désire, il est donc plutôt facile aujourd’hui de se protéger des tentacules de l’Etat.

Blogosphère, Majorité des newsletters (payantes ou pas)

Dans le secteur des métaux, les sources d’informations sont très limitées. Ceux qui comprennent le mieux ce secteur y sont rentrés en 2001-2003, au minimum des cours, et sont vus comme des gourous par ceux qui sont arrivés un peu plus tard à la fête (après 2010).

L’immense majorité des sites webs sont des perma-bulls qui ne voient que des explosions imminentes des cours vers le haut. Ils ne font que relayer des informations souvent sans fondement, basées sur des rumeurs venant de supposés insiders.

Parmi ces infos-désinfos, on entend parler de par exemple :

          - un ‘London Trader’ que personne ne connaît et qui ne fait que répéter depuis des années que les chinois sont en train de passer des commandes de douzaines de tonnes à Londres, que c’est du jamais vu etc

          - un ‘contact’ qui, selon le relayeur de l’info, travaillerait chez un raffineur et parlerait de volumes de raffinage jamais vus auparavant. Personne ne connait la taille de la raffinerie, le volume raffiné en question etc... Peut-être que c’est une raffinerie de 3 personnes, qu’une est en congé maternité et qu’une autre est tombée malade. Ça fera bien sûr beaucoup plus de travail à la personne qui reste.

          - une personne directement en contact avec le Nouvel Ordre Mondial, qui commence toutes ses phrases par « L’Elite m’a dit… » et qui ne fait que proposer la vente de son CD contenant les plans de ladite Elite. Il est vraiment étrange que ledit Nouvel Ordre Mondial n’ait pas encore liquidé ce rapporteur.

          - etc

Pour ceux qui ont eux l’occasion d’avoir plusieurs newsletters d’investissements entre les mains, ils/elles auront fini par remarquer que parfois, certaines compagnies présentées n’ont aucune, absolument aucune chance de réussir.

Ici, il ne s’agit pas d’un projet d’exploration qui n’a abouti à rien. Mais par exemple, de présenter une compagnie à ses abonnés et au même moment les insiders sont en train de vendre à fond. C’est quelque chose qui ne se passe pas seulement avec des blogs sur internet, mais aussi avec des newsletters payantes ! Bien sûr, il peut s’agir simplement d’incompétence, mais j’en doute très fortement.

Des déclarations du genre « potentiel haussier explosif » pour une compagnie qui n’a ni cash ni équipe, sont un signal clair qu’il vaut mieux aller voir ailleurs.

Grosses institutions financières

Si on considère qu’une grosse partie des investisseurs dans les métaux ne savent pas exactement pourquoi ils investissent dans ce secteur, mais sont victimes des sites pump&dump (beaucoup de newsletters inclues), cela signifie que ces investisseurs ne sont pas particulièrement convaincus par leur investissement.

Ce groupe de personnes est facile à effrayer. Et donc, si on est de la taille de JPM ou autres, pourquoi ne pas s’amuser à laisser les cours s’emballer, et ensuite effrayer toutes ces mains faibles ? Bien sûr, ce jeu va marcher jusqu'à ne plus marcher, parce qu’à chaque grosse correction, ce sont des mains de plus en plus fortes qui accumulent le métal physique. Reste à savoir si ce n’est pas JPM qui accumule…

Il est indéniable que depuis le début du marché haussier des métaux, les gains ont été faits sur les shorts, et pas sur les longs. Evidemment, ce jeu continuera tant que le système marche.

Vous-mêmes

On aime vraiment entendre certaines choses, même si on pense le contraire. Ce comportement n’a rien d’exceptionnel, et c’est ce que de nombreuses newsletters, auteurs de livres, etc exploitent.

Malheureusement, dire le contraire de ce que les gens aiment entendre ne rend pas populaire (j’en ai fait l’expérience moi-même en parlant de corrections des métaux). Peu importe si ces déclarations sont correctes ou pas.

Plan d’action

        - Pour se protéger de l’Etat, il suffit de diversifier le stockage de ses métaux.

        - Pour se protéger de la désinformation, il faut simplement se demander ce que gagne la personne qui met gratuitement sur internet un rapport détaillé sur une compagnie. Est-ce de l’altruisme ? A-t-elle été payée par la compagnie en question ? A-t-elle acheté des actions de la compagnie, et maintenant veut faire monter le cours pour se débarrasser des actions ?

Concernant les vidéos (ou les articles) affirmant que « demain, l’or sera à tant », il faut se demander comment aujourd’hui, avec l’énorme quantité d’inconnues, on peut affirmer quoi que ce soit sur le court terme, à moins de voir quelque chose de fondamental (COT par exemple). Ces informations/désinformations sont pour la plupart des gens, un handicap dans la prise de décision. Il vaut donc mieux les enlever complètement de votre processus de recherche.

Concernant les newsletters, une façon simple d’identifier le manque de sérieux, c’est de voir si l’auteur des newsletters parle de façon équilibrée. En d’autres termes, s’il/elle parle de risque tout en parlant d’opportunité. Des déclarations du genre « potentiel haussier explosif » pour une compagnie qui n’a ni cash ni équipe, sont un signal clair qu’il vaut mieux aller voir ailleurs.

        - Pour se protéger des crashs de marché, il faut apprendre à jouer le même jeu que les JPM, mais tout en gardant du métal. Cela va demander un temps d’apprentissage plus long.

        - Pour vous protéger de vous-même, cela devient plutôt compliqué et beaucoup plus long. Le plus difficile, c’est de faire en sorte de n’avoir aucune opinion, et d’avoir un plan d’action pour différents scénarios. Par exemple, si on entre dans un deleveraging sérieux, du type 2008 ou pire, l’idée serait d’avoir déjà une liste de compagnies à acheter (minières ou pas). Il est clair que cette liste doit être prête avant le deleveraging, parce que cela prend des mois pour faire une sélection.

Doit-on retourner aux monnaies nationales ?

(26/06/2012)

De nombreuses voix parlent d'un retour aux monnaies nationales, en justifiant les problèmes nationaux actuels par la mise en place de l'Euro. Cette idée n'a en fait pas lieu d'être.
D'abord, faire du clientélisme politique pendant 50 ans en s'endettant davantage, n'est pas particulièrement lié à l'Euro. Ce que l'Euro a permis de faire apparaître, c'est la gestion budgétaire catastrophique de la majorité des états Occidentaux.

Ensuite, une faillite n'est en général pas difficile à comprendre : lorsque l'on dépense plus que ce que l'on gagne, on finit en banque route. Rien de savant et pas de théorie du complot.

Dans le passé, l'arnaque de l'inflation monétaire en pesetas, drachmas, francs etc résolvait le problème mathématique des déficits publics. Avec l'Euro, le degré de transfert de richesse de la partie responsable de la population (ceux qui travaillent et économisent) vers les rigolos (ceux qui ne savent que dépenser, i.e l'Etat en premier), a dû s'arrêter au niveau de la gestion monétaire du pays le moins cancre, c'est-à-dire l'Allemagne.

Même si la gestion de l'Euro peut être classée comme mauvaise, elle a été nettement meilleure que la gestion monétaire de la majorité des pays européens lorsqu'ils avaient leur propre devise.

L'argument un peu plus subtile, mais tout aussi erroné, en faveur du retour aux monnaies nationales, est celui de la compétitivité. Certains disent qu'en retournant au franc français par exemple, et en le dévaluant, la France gagnerait en compétitivité face à l'Allemagne. Ce qu'on est en train de dire ici, c'est qu'au lieu de baisser le salaire de l'ouvrier français de par exemple 5 unités monétaires à 4 unités monétaires, on va simplement lui dire qu'il est toujours payé 5, mais que ses 5 unités n'achèteront plus que 4 baguettes au lieu de 5.

jeudi, 17 mai 2012 14:09

Le meilleur gérant de fortune

Il y a une simple question à se poser :

Qui s'intéresse à ma fortune plus que moi-même ?

La réponse est simple : personne ! Absolument personne ne s'intéresse à votre fortune plus que vous même. Il faut vraiment comprendre ce point. Par conséquent, si vous voulez investir, c'est à vous de vous éduquer, définir vos objectifs, et prendre les décisions qui seront les meilleures pour vous. Si vous vous trompez, vous pourrez apprendre de vos erreurs. Il n'y a encore personne qui s'est amélioré sans s'être trompé d'abord.

lundi, 16 avril 2012 14:11

Cas particulier des Etats-Unis

Bien que les Etats-Unis soient en banqueroute comme beaucoup d'autres pays occidentaux,

le risque de confiscation dans ce pays est nettement moindre qu'en Europe. La raison principale est que si les Etats-Unis souhaitent confisquer de l'or, ils se serviront d'abord des +10'000 tonnes d'or que des pays étrangers ont stocké chez eux. Cette opération serait nettement moins couteuse et nettement plus rapide que faire du porte à porte en courant le risque de se faire tirer dessus. On note ici l'importance de la liberté du port d'armes dans la limitation des excès des Etats. L'un des points communs de toutes les tyrannies est l'interdiction du port d'armes par les citoyens.

De plus, certains Etats américains ont déjà officialisé l'or et l'argent-métal comme moyens de paiement légaux, ce qui rend encore plus faible le risque de confiscation.

 
lundi, 16 avril 2012 13:21

Pays où stocker ses métaux

Les pays à choisir pour le stockage de l'or (qui est le métal qui a de très sérieux risques de confiscation) doivent avoir une histoire de respect de la propriété privée et/ou dépendre du secteur minier. Par ordre décroissant, voici la liste mise à jour le 29/12/2012 (l'ordre évolue constamment) :

1- Singapour (SG)
2- Hong Kong (HK)
3- Nouvelle Zélande (NZ)
4- Suisse (CH)
5- Canada (CA)
6- Australie (AU)

Singapour est en train de a remplacé la Suisse comme place financière.

Bien que faisant partie d'un Etat communiste, Hong Kong est l'endroit le plus capitaliste de la planète, et attire les plus grandes fortunes de la Chine Populaire. Il est donc peu probable que la Chine Populaire y touche.

De plus, Singapour et Hong Kong se concurrencent pour recevoir les fortunes européennes et nord-américaines (qui n'ont pas lieu de rester sur place).

Les Etats dont l'économie nationale dépend fortement du secteur minier (AU, CA) ont un risque faible de confiscation de l'argent métal, mais confisqueront l'or s'ils en recoivent l'ordre des Etats-Unis. La Nouvelle-Zelande ferait de meme.

29/12/2012:

La Suisse est désormais totalement phagocytée par l'Union Européenne.

 

lundi, 16 avril 2012 12:46

Stockage

Cette partie est tout aussi importante que celle portant sur l'achat du métal.

Avoir du métal qui va être confisqué, revient à ne rien avoir. Il vaut mieux dans ce cas rester en cash.

Il y a différentes façons de stocker ses métaux:

-Placer les métaux sous le matelas

Vivement déconseillé, le risque de vol est élevé.

-Creuser un trou dans le jardin

Il faut s'assurer de ne pas oublier l'endroit ou de ne pas crever avec ce secret.

-Louer un coffre dans une banque

  • Si le système bancaire s'effondre, ou si la banque en question fait faillite, il est probable de ne pas avoir accès à son coffre pendant de longues périodes. Cette période pourrait correspondre au moment où le cours du métal atteint son maximum, étant donné que la chute du système bancaire international est précisément ce qui fait gonfler le cours des métaux.
  • La banque pourrait ouvrir le coffre et se servir. Il faudra démontrer qu'il y avait du métal dans le coffre ou que la possession de métal ne va pas à l'encontre des conditions de location du coffre (il est souvent interdit de placer de l'or dans ces coffres). Cliquez ici pour lire un exemple.
  • Si ce n'est pas la banque qui ouvre le coffre et se sert, c'est l'Etat lorsqu'il cherche à 'démanteler des réseaux terroristes ou pédophiles'. Cliquez ici pour lire un exemple.

-Louer un coffre dans une institution autre qu'une banque

Il y a tous les risques que présente un coffre à la banque, excepté celui de fermeture prolongée pour faillite bancaire.

- Louer un coffre en zone internationale dans un aéroport d'un pays réputé (Ex : Singapour)

C'est l'une des options les plus sures mais n'est ouverte qu'a ceux qui voyagent souvent.

- Stockeurs spécialisés dans le stockage des métaux précieux

Il existe des stockeurs spécialisés dans les métaux précieux, comme Via Mat, Brinks, Rhenus, G4S, Certis Security etc. Ils facturent un pourcentage du poids du métal en stock chez eux.

Si vous pensez stocker chez eux, il vaut mieux placer le métal en 'off-shore', ce qui signifie que légalement parlant, le métal n'a pas encore traversé la douane du pays de stockage et se trouve donc toujours en zone internationale. En cas de confiscation, il se peut que cette nuance juridique fasse la différence entre éviter la confiscation ou en être victime.

lundi, 16 avril 2012 12:15

Confiscation

On entend souvent dire que 'cette fois-ci, ce n'est pas comme en 1934 sous Roosevelt,

il n'y aura pas de confiscation'. L'argument avancé c'est qu'en 1934, le standard monétaire était basé sur l'or, alors qu'aujourd'hui il est basé sur la monnaie fiduciaire-dette. Et donc, selon ce même raisonnement, il est très peu probable que les Etats aujourd'hui fassent une réquisition puisque le système monétaire actuel ne demande pas d'or.

Aujourd'hui, c'est le système monétaire qui est en faillite, et donc le pouvoir même des Etats à contrôler/taxer/dominer leur population.

Cet argument est plutôt fragile: qu'on ne soit pas sous un standard or aujourd'hui n'exclut en rien qu'on ne le sera pas demain. Et même si on ne passe pas à un standard or, qu'est ce qui empécherait les Etats kleptocrates d'aujourd'hui de se servir de la possession des personnes les plus prudentes?